Séminaire L'hétérogénéité dans les langues et les discours"

Séminaire "L'hétérogénéité dans les langues et les discours"

 

Chers collègues, 

nous vous invitons à participer au séminaire Hétérogénéités, qui se déroulera comme les autres années  le second jeudi du mois de 15h30 à 18h30 en salle A407. Nous poursuivons cette année nos travaux sur métalangage et discours métalinguistique (voir mail de juillet, repris ci-dessous). La première séance aura lieu le jeudi 13 novembre

Nous avons pensé qu'il serait bien venu de commencer l'année par  une réunion d'échanges autour d'un texte de référence. Au programme, une discussion sur les relations entre fonctions poétique et métalinguistique,  prenant la suite de l'une des pistes de réflexion qui ont pu émerger lors de la journée d'étude de juin. Pour soutenir cette discussion, nous proposons de lire le texte de Jakobson "Linguistique et Poétique", que vous trouverez ci-joint dans sa version anglaise : l'une des questions étant de revenir sur ce qui chez Jakobson distingue les deux fonctions (notamment avec la question des deux projections) ; ou de reprendre la relation entre activité épilinguistique, autonymie et force poétique des signifiants traitée de différentes façons pendant la journée d'étude. 

Cette première réunion sera aussi l'occasion de discuter sur l'organisation du colloque que nous prévoyons en juin prochain pour clore cette séquence sur le thème du métalinguistique.

Il sera enfin question du calendrier de l'année, qui s'annonce riche : 

11 DECEMBRE : Jean-Charles HILAIRE  « Une marque de distance et une marque de reprise en haoussa » & Léda MANSOUR  "Usage du métalangage dans un wiki de langue française par des locuteurs dits profanes dans un contexte de création néologique"

8 JANVIER : Charles MALAMOUD "A propos de la déesse indienne de la Parole  jugeant et commentant les figures de la parole de ses interlocuteurs" 

12 FEVRIER : Caroline MELLET : « A propos des noms de genre » &  Amal GUHA et Sabine PETILLON : "A propos de certains types de métaénonciation, ou "retours sur le dire" ouvrant la voie aux moments-clés  du processus thérapeutique dans des thérapies familiales".

12 MARS : Frédérique SITRI  « Du discours autre représenté au discours autre présent : frontières et limites du "méta" » & Colette NOYAU " A propos du métalinguistique émergent dans l'acquisition d'une langue seconde"

9 AVRIL : Flore COULOUMA  : "Méta-discours, méta-fiction et fragmentation du sujet dans Breakfast on Pluto de Patrick McCabe" & Sabine LEHMANN sur un sujet à déterminer.

21 MAI : Rémi CAMUS  : « Grammaire métalinguistique : quelques remarques à partir de faits de l'indonésien (bahasa indonesia), en particulier du suffixe -NYA »

 

Problématique

La problématique générale dans laquelle nous situons ce groupe de travail est celle de l’hétérogénéité dans les langues et dans les discours. Dans les langues, il s’agira de donner la mesure et de rendre compte du caractère à la fois hétérogène et fabriqué des langues, sur le terrain du fonctionnement linguistique, sans négliger les attendus idéologiques. La question de la constitution du commun sera par conséquent examinée dans le domaine linguistique. On se propose de parcourir les biais par lesquels l’hétérogène se retrouve au sein de
chaque langue, quand l’incompréhension est la règle, et l’intercompréhension l’usage. Le séminaire propose L’examen des différentes formes dans lesquelles les sujets se mélangent en langue, et constituent l’espace de signification partagé où des langues s’élaborent. Ce faisant c’est l’idée même qu’il existe des langues discrètes et séparées qui sera interrogée. Et c’est aussi l’idée que les locuteurs puissent habiter ces langues, ou s’y
retrouver, ou s’y reconnaître, quand chaque langue se trouve traversée par des espaces d’altérité variés qui tout à la fois la structurent et la scindent. En relation avec les travaux sur la migration ce sera aussi l’idée même de langue maternelle qui se trouvera ce faisant mise à l’épreuve.
Dans les discours, c’est la présence, au sein du discours en train de se tenir, de discours autres qui sera proposée à l’analyse, ce dont rendent compte au plan théorique les concepts d’interdiscours et de dialogisme. Plusieurs faits relevant du dialogisme pourront être examinés. Le groupe propose de questionner de manière
plus approfondie les emprunts, dans ses différentes formes, entre discours. il interrogera de manière plus spécifique la relation entre les formes de RDA et les genres de discours dans lesquels ils apparaissent.

La confrontation entre ces deux niveaux d’analyse permettra d’envisager des points de rencontre stimulants. En effet, si l’on peut supposer que des points de contact - ou peut-être de neutralisation - existent entre les deux niveaux ainsi distingués, il sera intéressant de comparer les modes d’hétérogénéité dans les langues et dans
les discours. Par exemple, on notera que la dénomination « emprunt » adéquate et d’usage pour les transferts d’une langue à une autre est plus délicate voire problématique dans le cas des discours : elle suppose en effet d’attribuer un segment univoquement repéré dans la chaîne à un discours « source » explicitement
identifiable – et ne rend pas compte de la diversité des modes de circulation d’un segment d’un discours à un autre (voir par exemple les travaux d’A. Krieg sur la « formule »).

Modalités de travail:

Le séminaire donnera lieu à des exposés, des discussions et des lectures partagées. Il propose d'alterner entre des communications de chercheurs extérieurs et des interventions de membres du séminaire.

Axes de travail envisagés :


Plusieurs axes pourront être développés, tant sur le plan empirique que sur le plan
épistémologique relatif aux notions impliquées et aux niveaux d’analyse :


-relations entre l’hétérogénéité telle qu'elle se manifeste en langue et en discours ;
relation entre « emprunts » en langue et en discours.

-marques et indices de l’hétérogénéité : présence ou non de marques circonscrivant
le « corps étranger » (italiques, guillemets, phonologie ou morphologie repérée
comme étrangère, etc.) ; présence ou non de marques spécifiant « l’extérieur »
auquel il est « emprunté » (commentaires de modalisation autonymiques par
exemple).

-travail sur la question de la réflexivité en langue et en discours
-questionnement des notions de créolisation, de variante, de dialecte, de registre
appliquées à l’ensemble des langues naturelles ; questionnement des notions de
langue étrangère, de dialecte, d’idiolecte ou de langue maternelle
- mise à l’épreuve des notions disponibles pour rendre compte des phénomènes
(emprunt, interdiscours, dialogisme par exemple dans le cas du discours ; emprunt,
calque, internationalisme, xénisme, idiotisme, dans le cas des langues)
- formats et formes matérielles du constituant hétérogène (emprunt, calque,
internationalisme, etc.) : items lexicaux, tournures, ou structures syntaxiques, mais
aussi composants morphologiques, particules ou marques flexionnelles, en passant
par des effets d’échos qui seraient seulement phonologiques, jusqu’à des
manifestations de l’ordre de la connotation ou de l’allusion.
- hétérogénéité des genres de discours (perspective comparative en synchronie
et en diachronie)
- analyse des représentations que les locuteurs peuvent constituer de ces formes
d’hétérogénéité.

Thème et modalités de travail pour l'année 2012-2013 :


Pour l'année qui vient, nous avons décidé de centrer notre travail sur un thème qui pourrait être abordé selon
diverses approches. Ce thème est un thème à plusieurs volets qui concerne centralement la question de
l’hétérogénéité :
"Prédiquer sur du prédiqué : enchâssement, réflexivité, sédimentation"


Nous ne proposons pas un calendrier d'exposés : nous voudrions aller plus vers des séances de
travail, plutôt que de simples exposés/conférences. L'idée serait donc de construire ensemble et au fur à mesure
le programme de ces séances de travail, chacun contactant des collègues susceptibles de pouvoir apporter leur
éclairage sur les thématiques retenues.
Pour lancer le travail, ci-dessous un rapide recensement des thématiques que nous avions évoquées comme
pouvant être abordées via le double filtre de l'hétérogénéité et de la prédication :
oblicité, incises, incidentes, insertions, parenthèses, notes de bas de page, différence entre subordination et
coordination, réécritures, discours direct, discours rapporté, verbes sériels / complexes verbaux / semi-auxiliaires
/ verbes d'attitude propositionnelle, nominalisations et noms de proposition, small clauses, relatives
déterminatives et explicatives, métalangue, commentaires métalinguistiques, genre de l'exergue, de la 4ème de
couverture, etc, stéréotypes, figements, répétitions, mémoire discursive déposée dans les mots, figures.


Programme des séances à venir :

7 mars : Nicolas Aubry, "Constructions verbales sérielles et extraction en yoruba dans une perspective diachronique"

Denis Paillard, "Des constructions sérielles en khmer"


11 avril : seconde séance sur le DD

16 mai : seconde séance sur les mots "lourds" 

13 juin : seconde séance sur la subordination

Imprimer E-mail